FOLIA (2022)
Anastasia Kobekina

4min   |   Anastasia Kobekina,
Julien Hanck (director)
Matthieu Fabbri (DOP)
Arpeggio Films
Mirare / Académie Musicale de Villecroze

Quelques paroles précieuses de Pessoa marquent le point de départ d’une longue rêverie nocturne de la violoncelliste Anastasia Kobekina dans le décor électrique et bariolé du 19ème arrondissement. 

Un moment d'introspection, stylo à la main, dans un café futuriste éclairé à la lumière des néons, se mue en vif épisode de création : la violoncelliste réécrit et réinterprète la célèbre partition de Folia à coups de traits rageurs, établissant des correspondances cachées entre les notes, scrutant le moindre détail, se laissant hanter par cet ostinato, dans un épisode qui ressemble à une transe. Parallèlement, l'artiste se projette dans une exploration hallucinée du quartier, violoncelle sur le dos. Après avoir longtemps tournoyé, sauté et dansé dans un moment de quasi démence qui fait directement référence au titre Folia, Anastasia se retrouve ultimement dans un parking désert pour y interpréter l'œuvre une dernière fois, marquant ainsi la fin de son aventure nocturne. Quand la musique se termine, l'artiste reprend peu à peu conscience au milieu des sons et des lumières de la ville.